Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le truc en plus: SEP
  • : Je ne me considère pas comme une malade. Mais plutôt, comme une femme dynamique avec un truc en plus, la sclérose en plaques.
  • Contact

Merci de votre visite

Il y a    personne(s) sur ce blog


Vous êtes 
à avoir déjà visité mon blog
 


Pour me contacter

              ICI

Livre d'Or

                    
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 11:08

Ks452p25 Eq Sep

Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 15:10

Sclérose en plaques et kinésithérapie nouvel article dans l'Encyclopédie Médico-Chirurgicale (EMC)

 

Article proposé dans la vidéo: ICI

 

Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 10:51

Selon une étude, la méditation, dite "de pleine conscience", serait bénéfique pour lutter contre la dépression, l'anxiété et la fatigue de la SEP. Elle pourrait être considérée comme un traitement naturel et gratuit. Apprendre à connaître ses symptômes et a les considérer comme une entité distincte.

 

Lire l'article au complet: ICI

 

Carevox, 19.10.2010

lien

 

 

 

 

 

Autre Article

 Une technique de méditation pourrait améliorer la dépression et la fatigue (28.09.2010)

 

Mindfulness Meditation Helps Multiple Sclerosis Patients (27.09.2010)

 

     

.
.
Document
.
.
.
.
.
Nouveau document (le 03.11.2010)

Communication médicale
Le 21 octobre 2010
Résumé
La qualité de vie liée à la santé (QVLS) est souvent grandement diminuée chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP), et la fréquence des symptômes dépressifs, de fatigue et d’anxiété est élevée. Les auteurs de la présente étude ont comparé les effets de la méditation de pleine conscience (MPC) à ceux des méthodes d’intervention habituelles sur la QVLS, l’état dépressif et la fatigue auprès d’adultes présentant une forme cyclique (poussées-rémissions) ou progressive secondaire de SP. P. Grossman, PhD, L. Kappos, MD, H. Gensicke, MD, M. D'Souza, MD, D.C. Mohr, PhD, I.K. Penner, PhD and C. Steiner, MS. Neurology. 2010;75:1141-1149

Détails
La plus vaste étude jamais entreprise sur les effets de la méditation de pleine conscience (MPC) comptait 150 personnes atteintes d’une forme cyclique (poussées-rémissions) ou progressive secondaire de SP. Les résultats montrent que la MPC peut améliorer de manière significative la qualité de vie liée à la santé et atténuer l’état dépressif et la fatigue chez ces personnes. Cette étude comparative a fourni des données probantes quant à la valeur d’une thérapie complémentaire dans la prise en charge de certains symptômes de la SP. Elle a également mis en évidence l’importance de la qualité de vie dans l’atteinte d’un mieux-être.

L’état dépressif et la fatigue sont répandus parmi les personnes atteintes de SP et peuvent altérer la qualité de vie. Ces symptômes et d’autres effets psychosociaux de la SP peuvent influer négativement sur ce qu’on appelle la qualité de vie liée à la santé (QVLS) ou sentiment de bien-être. Leur intensité n’a souvent rien à voir avec les aspects physiques de la maladie chez une personne donnée. Bien que les agents modificateurs de l’évolution de la maladie qu’on utilise dans le traitement de la sclérose en plaques aient un impact sur le cours de la maladie, ils ne me permettent généralement pas d’obtenir une amélioration marquée de la QVLS. Au cours de cette étude, les chercheurs ont évalué les effets de la MPC sur le sentiment de bien-être des personnes atteintes de SP. Cette forme de méditation vise à changer notre perception de la vie, à se concentrer sur le moment présent et à accepter chaque instant comme il vient, dans le but d’atténuer les réactions susceptibles d’aviver la douleur ou la détresse affective entraînées par des modifications de la santé.

Cette étude, la plus vaste jamais entreprise sur le sujet, a mis à contribution 150 personnes présentant une forme cyclique (poussées-rémissions) ou progressive secondaire de SP. Soixante-seize d’entre elles ont été assignées de façon aléatoire à un groupe soumis à des séances de MPC hebdomadaires de deux heures et demie durant huit semaines, puis à une pleine journée de pratique de la MPC à faire à la maison. Un groupe témoin composé de 74 personnes a reçu les soins médicaux habituels. Les participants ont répondu à divers questionnaires d’évaluation de la qualité de vie liée à la santé, de l’état dépressif et de la fatigue avant le début de l’étude, après huit semaines de pratique et au bout de six mois. Les critères d’évaluation secondaires comprenaient le niveau d’anxiété, l’atteinte des objectifs personnels et la fidélité à la pratique de la méditation à la maison.

Après huit semaines, l’état des membres du groupe assigné à la MPC s’était amélioré de manière significative, comparé à celui des membres du groupe témoin, quant à tous les critères d’évaluation (exception faite de la perception de la mobilité des membres). Les bienfaits se faisaient toujours sentir au bout de six mois de MPC, mais s’étaient amoindris par rapport aux données recueillies à huit semaines de l’étude. L’amélioration observée chez les méditants était accrue encore davantage si on comparait leurs données à celles d’un sous-groupe de personnes ayant obtenu les pires résultats aux échelles d’évaluation de l’état dépressif, de la fatigue et de l’anxiété avant le début de l’étude.
fr_logoleft.gif
Avec autorisation de diffusion de la
Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 10:30

Vous trouverez ci-dessous certains des suppléments, des vitamines et des traitements à base de plantes les plus courants avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Vitamine D

Des chercheurs dans le domaine de la SP ont reconnu que la vitamine D pouvait aider à prévenir la SP. Beaucoup de médecins laissent entendre maintenant que les personnes atteintes de SP auraient avantage à prendre de la vitamine D. Actuellement, la recommandation canadienne officielle est de 400 UI de vitamine D par jour. De nombreux spécialistes de la SP proposent qu'un apport quotidien de 800 à 1 000 UI de vitamine D est sécuritaire, car certaines personnes atteintes de SP pourraient souffrir de carence en vitamine D.

Coenzyme Q10 ou ubiquinone

Le Q10 est un antioxydant qui peut avoir un effet neuroprotecteur bénéfique, ce qui peut se révéler avantageux dans le cas de la SP. Par contre, le Q10 stimule le système immunitaire ce qui représente un risque pour les personnes ayant la SP.

Echinacée

Echinacea purpurea ou échinacée est utilisée par beaucoup de personnes pour traiter les rhumes et la grippe. Elle est toutefois contre-indiquée chez les personnes atteintes de SP, car elle stimule le système immunitaire et, par conséquent, peut être risquée. De plus, la prise d'échinacée peut réduire l'efficacité des immunomodulateurs tels que les interférons et l'acétate de glatiramère et peut augmenter le risque d'hépatotoxicité (enzymes du foie é levés) si elle est associée avec le méthotrexate (un agent immunosuppresseur) ou les interférons.

Jus de Noni

Le jus de Noni est fabriqué à partir d'un fruit provenant d'une plante polynésienne (Morinda citrifolia). On vante son efficacité pour le traitement de la SP, pourtant aucune étude scientifique n'a confirmé ces dires. De surcroît, le jus de Noni contient des polysaccharides qui, selon certaines études, auraient un effet stimulant sur le système immunitaire, ce qui encore une fois représente un risque chez les personnes atteintes de SP. Il peut aussi réduire l'efficacité des médicaments immunosuppresseurs ou immunomodulateurs.

Millepertuis ou herbe de Saint-Jean

Le millepertuis (Hypericum perforatum), une herbe médicinale facile à se procurer, semble efficace pour traiter les dépressions légères à modérées. Par contre, les personnes atteintes de SP devraient prendre note que les propriétés sédatives de cette plante peuvent aggraver la fatigue ou augmenter l'effet sédatif des médicaments utilisés pour traiter la spasticité comme le baclofène, le Zanaflex (tizanidine) et l'amitritypline. Le millepertuis peut aussi causer des interactions avec les antidépresseurs, les anticonvulsivants et les anovulants. Il est contre-indiqué chez les personnes qui prennent déjà un antidépresseur, chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

Les personnes atteintes de SP qui auraient l'intention de prendre un supplément alimentaire, une vitamine ou un remède à base de plantes devraient toujours consulter leur médecin ou leur pharmacien avant d'essayer un nouveau produit. De plus, il est indispensable de s'assurer que le produit en question ne causera pas d'interactions néfastes avec votre médication actuelle.

 

 

 

fr_logoleft.gif

 

  Extrait du site de la

Avec autorisation de diffusion de la

Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 06:00
 Améliorer la qualité de vie de personnes cancéreuses. Contribuer à traiter certains troubles mentaux.

Réduire les symptômes du syndrome prémenstruel. Faciliter la grossesse. Réduire les maux de tête. Soulager les maux de dos. Améliorer la qualité de vie des patients en soins palliatifs. Diminuer les symptômes de la sclérose en plaques. Soulager les problèmes intestinaux.


PRESENTATION

La réflexologie vise à mobiliser les processus d'auto guérison du corps. Elle se pratique en exerçant une pression soutenue, avec le bout des doigts, sur des zones ou des points réflexes situés sur les pieds, les mains et les oreilles qui correspondent à des organes ou des fonctions organiques. D’autres points réflexes, situés ailleurs sur le corps, peuvent aussi être stimulés selon une nouvelle forme de réflexologie appelée intégrale ou tibétaine.
La réflexologie n’est pas une technique de massage, insistent les praticiens, même si elle peut y ressembler à première vue. Elle serait davantage apparentée au shiatsu ou à l’acupuncture. La réflexologie ne prétend pas guérir des maux spécifiques. Elle cherche plutôt à apporter un certain soulagement à un grand nombre d’affections : des maux de tête ou de dos au syndrome prémenstruel en passant par le stress, les troubles respiratoires, la sclérose en plaques ou les effets indésirables de la chimiothérapie.

Des illustrations et des textes anciens permettent de penser que les Chinois et les Égyptiens ont utilisé une forme de réflexologie des pieds durant l'Antiquité. En Occident, l'un des premiers ouvrages sur le sujet a été publié en 1582 par deux médecins européens, célèbres en leur temps, les Dr Adamus et Atatis.
La réflexologie moderne remonte aux travaux d’un médecin américain, le Dr William Fitzgerald. Tandis qu'il cherchait une méthode d'anesthésie en chirurgie mineure, il découvrit que la douleur éprouvée par ses patients diminuait s'il appliquait une pression sur certains points du corps. Sa théorie, élaborée en 1913, repose sur un modèle anatomique qui divise le corps en dix zones énergétiques, allant de la tête aux pieds, chacune étant liée à des endroits précis du corps : les zones réflexes

DES TENTATIVES D'EXPLICATIONS

Quelques hypothèses sont avancées pour expliquer le mode d’action de la réflexologie. Ainsi, la stimulation de certains points pourrait mobiliser l’énergie vitale, le Qi, comme le fait l’acupuncture. Il se pourrait aussi que la réflexologie entraîne la production d’endorphines, qu’elle stimule des nerfs en lien avec divers organes ou qu’elle accroisse la circulation de la lymphe dans l’organisme. Une autre explication : elle pourrait dissoudre les dépôts qui se forment dans certaines zones du pied en raison d’un excès d’acide urique. Jusqu’ici, aucune de ces hypothèses n’a été prouvée scientifiquement.

PAS DE STATUT OFFICIEL
Même si la réflexologie est de plus en plus utilisée comme approche alternative, que ce soit par des professionnels ou dans un simple cadre familial ou personnel, elle a reçu peu de reconnaissance officielle. Actuellement, seuls le Danemark, la Chine et le Royaume-Uni l'ont intégrée dans leur système de soins de santé. Sa pratique est souvent contestée dans le milieu médical. D’un côté, ses opposants la perçoivent comme une méthode de relaxation sans effet thérapeutique réel. De l’autre, ses partisans souhaitent qu'elle soit intégrée aux soins de santé reconnus.
Dans la majorité des pays, ce sont les associations régionales ou nationales qui veillent à ce que les normes de qualité et de sécurité soient respectées tant pour la formation que la pratique (voir En pratique). Fondé en 1990, l'International Council of Reflexologists constitue un réseau international important qui diffuse les plus récentes percées dans le domaine et rassemble réflexologues, associations et écoles de réflexologie des quatre coins du globe.

APPLICATIONS THERAPEUTIQUES
La littérature scientifique concernant les effets thérapeutiques de la réflexologie en est encore à ses premiers pas. On retrouve plus d’études de cas que de recherches scientifiques en bonne et due forme. Certains résultats d’essais cliniques sont toutefois encourageants. La majorité d’entre eux, même s’ils s’avèrent de bonne qualité, sont de petite envergure ou préliminaires. Les recherches devront donc se poursuivre pour qu’on puisse statuer avec plus de certitude sur l’efficacité de la réflexothérapie contre des affections précises.

RECHERCHES
Améliorer la qualité de vie des personnes cancéreuses. Des études de cas non contrôlées et des études cliniques contrôlées ont été publiées relativement à l’effet de la réflexologie sur la qualité de vie de patients atteints de cancer. Les études de cas révèlent que beaucoup d’entre eux perçoivent une amélioration de leur qualité de vie, une diminution de leurs symptômes émotionnels et physiques, une diminution de leur état d’anxiété, un sentiment de relaxation et une amélioration de leur état de santé général et de leur bien-être.
Deux petites études cliniques ont donné des résultats prometteurs. Dans la première, des patients souffrant du cancer du sein ou du cancer du poumon ont reçu deux traitements de réflexologie de 30 minutes à deux jours d’intervalle. Ils ont rapporté une baisse de l’anxiété et de la douleur comparativement au groupe témoin. La deuxième étude clinique avait pour objectif de vérifier l’effet analgésique de la réflexologie (deux traitements en deux jours) chez des patients souffrant de cancer métastatique. Les traitements ont eu un effet positif immédiat sur le degré de douleur, mais on n’a noté aucun effet significatif 3 heures ou 24 heures après les interventions.
Une autre étude a comparé les effets de la réflexologie et d’un simple massage des pieds (une fois par semaine pendant six semaines). Elle conclut que les deux traitements ont amené une relaxation temporaire et un bien-être général, mais qu’aucun des deux ne semble avoir eu d’effet sur l’humeur ou sur d’autres symptômes des patients atteints de cancer. Enfin, une étude contrôlée a évalué l’impact de la réflexologie sur les effets indésirables de la chimiothérapie comme les nausées, les vomissements et la fatigue chez des femmes atteintes d’un cancer du sein. Les chercheurs ont constaté une baisse statistiquement significative des trois symptômes chez les patientes ayant reçu des séances de réflexologie comparativement au groupe témoin.

Contribuer à traiter certains troubles mentaux : Une étude auprès de patients souffrant de troubles mentaux indique que la réflexologie a été bénéfique pour les aider à relaxer et à gérer leur anxiété et pour leur donner confiance en leur pouvoir de guérison.

Réduire les symptômes du syndrome prémenstruel. Dans le cadre d’un essai randomisé effectué sur 35 femmes souffrant du syndrome prémenstruel, un premier groupe recevait de la véritable réflexologie (pieds, mains et oreilles) et l’autre de la réflexologie placebo. Les traitements, qui duraient 30 minutes, ont été prodigués une fois par semaine, pendant huit semaines. Divers symptômes des femmes du groupe réflexologie (sensibilité des seins, gonflement abdominal, douleurs menstruelles, anxiété, dépression et irritabilité) ont été allégés de façon significative, comparativement au groupe témoin. Ces résultats ont persisté jusqu’à deux mois après l’arrêt du traitement.

Faciliter la grossesse : Même s’il y a peu d’études cliniques, des preuves anecdotiques sont évoquées pour justifier les bienfaits de la réflexologie chez les femmes enceintes. Elle permettrait notamment une réduction du temps de travail et une meilleure régulation des contractions.
Une étude clinique publiée en 2003 s’est penchée sur l’effet de la réflexologie pour réduire l’œdème des pieds et des chevilles chez des femmes enceintes de 35 ans et plus. Cinquante-cinq femmes ont reçu des traitements de réflexologie lymphatique, de réflexologie relaxante ou se sont reposées un temps équivalent. Les chercheurs n’ont mesuré aucune différence significative de l’œdème entre les trois groupes. Cependant, les patientes ayant eu de la réflexologie lymphatique ont affirmé avoir perçu une amélioration : elles ont exprimé un degré de satisfaction générale plus élevé.

Réduire les maux de tête : Une étude d’observation regroupant 220 patients souffrant de maux de tête (migraines chroniques ou tensions céphaliques) a été publiée en 1999. Les patients ont été traités pendant un maximum de six mois. Après trois mois, 81 % des patients ont dit que le traitement avait amélioré leurs symptômes et 19 % avaient arrêté la médication. Cette étude, sans groupe témoin, ne peut toutefois prouver l’efficacité de la réflexologie. En effet, ces résultats pourraient être attribuables à l’évolution normale de la maladie ou au simple fait de recevoir un massage.

Soulager les maux de dos : Dans le cadre d’une étude clinique, 40 personnes souffrant de hernies discales ont reçu trois traitements de réflexologie en une semaine. L’auteur rapporte une réduction de la douleur (0,75 en moyenne sur une échelle de 4) chez 25 des 40 patients. Des essais contrôlés devront toutefois être effectués pour statuer sur l’efficacité de l’approche.

En ce qui concerne les douleurs chroniques du bas du dos, un véritable essai randomisé et contrôlé a été effectué. Quatre-vingt-onze patients ont été répartis au hasard dans un groupe réflexologie ou dans un groupe placebo (stimulations sur des zones inappropriées des pieds). Tous les patients ont continué leurs traitements habituels (médication ou physiothérapie) durant l’étude. Les auteurs ont observé une plus grande amélioration chez les patients du groupe réflexologie que chez ceux du groupe placebo sur les plans de la douleur, de la contraction musculaire et de la mobilité.

Améliorer la qualité de vie des patients en soins palliatifs : Une étude pilote a donné des résultats prometteurs à cet égard.. Douze patients, répartis de façon aléatoire en deux groupes, ont reçu trois séances de réflexologie, authentique ou placebo. Dans les deux groupes, on a noté une amélioration de la qualité de vie. Toutefois, les patients du groupe expérimental ont rapporté plus de bénéfices que ceux du groupe témoin.

Diminuer les symptômes de la sclérose en plaques : En 2003, un essai clinique randomisé a évalué l’effet de la réflexologie, prodiguée conjointement avec des traitements de massothérapie, sur les symptômes de la sclérose en plaques. Tous les patients ont reçu hebdomadairement, pendant onze semaines, des massages sur des zones affectées par la sclérose. Le groupe expérimental a bénéficié, en plus, d’un traitement de réflexologie des pieds de 45 minutes par semaine. Comparativement au groupe témoin, on a observé chez les patients du groupe expérimental une plus grande diminution des engourdissements, des dysfonctions de la vessie et des spasmes musculaires. La réduction des engourdissements est restée significative trois mois après les traitements.

Soulager les problèmes intestinaux : Une étude clinique a été réalisée pour évaluer l’efficacité de la réflexologie dans le traitement de jeunes patients souffrant de constipation chronique et d’incontinence fécale. Cinquante enfants, âgés de 3 ans à 14 ans, ont reçu six traitements de 30 minutes de réflexologie des pieds. Les mouvements intestinaux des patients se sont améliorés au cours du traitement et la fréquence de l’incontinence a diminué.

CONTRE INDICATIONS

La réflexologie est une approche qui ne semble pas comporter de risques importants. Toutefois, certaines précautions sont à prendre, entre autres, auprès des femmes enceintes. En effet, certains points pourraient stimuler le déclenchement du travail ou augmenter les mouvements fœtaux. La prudence serait aussi de mise pour les personnes atteintes de cancer ou de diabète ou ayant des problèmes liés aux systèmes circulatoire et lymphatique.

EN PRATIQUE
Le titre de réflexologue n’est pas protégé et la pratique n’est pas régie par des ordres professionnels. Il est donc plus prudent de s’assurer que son réflexologue fait partie d’une association reconnue.
Les réflexologues travaillent, en général, dans des cliniques privées ou des centres de santé. Une séance dure environ une heure. À la première visite, le réflexologue fait un bilan de santé afin de s'assurer que rien ne s'oppose au traitement. Il déterminera alors si certains points devraient être évités, dans le cas des femmes enceintes, par exemple. À la suite d’une séance, certaines réactions peuvent se manifester : maux de tête, diarrhées, frissons, nausées, congestion des sinus, besoin d’uriner plus souvent. Elles se dissipent la plupart du temps dans les 24 heures suivant le traitement.
Beaucoup de praticiens de la santé, les massothérapeutes notamment, offrent des traitements de réflexologie en complément à leur pratique principale. Mais les réflexologues accrédités croient que ces traitements, même s’ils ne sont pas nuisibles, n’apportent pas tous les bienfaits de la réflexologie.

AUTO REFLEXOLOGIE
On peut utiliser la réflexologie pour soi-même ou ses proches après avoir suivi un cours de base (voir Sites d’intérêt) ou s’y être initié grâce à l’un des nombreux manuels pratiques que l’on trouve sur le marché. "


Source: Handi@dy que je remercie
Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 12:33
On estime que les deux tiers des personnes atteintes en Suisse, suivant un traitement
contre la SEP et ses symptômes, ont recours à la médecine complémentaire et alternative.

Qu’est-ce qu’on trouve dans ces formes de thérapies?


Complément de vitamines?
D'oméga 3?
L'acuponcture?
Taï Chi ou Yoga?
Le canabis?

Un petit document tiré du dernier "Forte", pour avoir une petite idée sur ces petits coups de pouce naturels.

Lire le document: ICI

Source: Société Suisse de la SEP
Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 12:51
Atlas: Titan révolté, condamné par Zeus à porter le ciel sur ses épaules (Mythologie grèque)

Atlas: Montagne de l'Afrique du Nord.

Atlas: Ensemble de cartes géographiques, de planches et de graphiques présentés généralement sous la forme d'un livre ou d'un CD-ROM (Des atlas scolaires)

Atlas: Première vertèbre cervicale qui supporte la tête (L'atlas et l'Axis)



Petite introduction pour vous parler d'une méthode bien particulière.


Chez pratiquement tout le monde l'Atlas est déboîté. Cette vertèbre qui est la première de la colonne et qui supporte la tête, a une influence sur notre corps si elle n'est pas bien positionnée. L'intérêt de faire cette petite remise en place est simple. Le corps se remet dans sa position de base et le flux peut à nouveau circuler correctement entre la tête et le reste du corps.

J'ai testé la méthode AtlasPROfilax. Aucune manipulation manuelle, cela se fait à l'aide d'une petite machine qui donne des petites impulsions.



Pour en savoir plus, je vous propose le site officiel:
AtlasPROfilax

*  *  *  *  *

Il y a deux ans, mon homme cherchait un moyen de gérer ses migraines. Il les avait violentes avec vomissements et intolérance au son et à la lumière. Et il a entendu parler de cette méthode qui permet de remettre l'Atlas en place. Après avoir essayé différent médicament, qui ne lui faisait pas effet, il a testé cette technique. Après une période d'adaptation, d'environ 6 mois, il est passé de 3-4 migraines violentes par semaines à 2-3 migraines supportables par année. Physiquement son dos est plus droit et lui-même me dit qu'il se sent mieux.

J'ai vu les bienfaits que cela lui a apporté. C'est ce qui m'a convaincu.

Hier, c'était mon tour. Je suis allée chez cette dame (diplomée, s'il vous plaît!), accompagnée de mon homme. Tout commence par un petit film, suivi d'une bonne discussion. Ensuite elle m'a regardé, analysé le corps et la tête sur toutes les coutures. Je me suis assise sur le bord de la table de massage, ma tête appuyée sur l'épaule de la masseuse, elle me palpe la nuque, cherche, et en bonne position, elle utilise sa machine pour me remettre l'Atlas en place. Il faut savoir qu'à tout moment, j'aurais pu dire, NON!

Ensuite, elle m'a allongée car j'ai eu un mal de tête dans le côté droit. Après 5 minutes, cela avait disparu. Je me suis assise un moment. Puis je me suis mise debout. Et Oh! Mon dieu! Ce que mon homme était devenu tout petit en 10 minutes! Je ne délire pas. En fait, tout le monde se sent plus grand après. C'est pour cela que ma moitié me paraissait si petit. Je ne le savais pas, la masseuse a attendu que je me lève et que je le dise pour m'en parler. Je continue de parler et elle rajoute: "C'est bon, elle plane!". A part le sentiment de grandeur qui était flagrante, je peux vous dire que cela fait presque un an que je n'ai pas ressenti mes mains autant normal. Apparemment, je me suis bien habituée à une normalité qui est en fait n'est pas vraiment la normalité. Toute la journée, j'avais passé mes mains sous l'eau froide pour me soulager des douleurs dû au stress, et cela me faisait un bien fou. Et bien après, l'eau froide est redevenue froide, et pas agréable de tout. Mince alors! Maintenant, je me souviens, l'eau froide ça ressemblait à ça! J'avais aussi la sensation que la sève passait à nouveau partout. Quelques fourmillements et fini. La fameuse position debout où l'on met son poids sur une seule jambe m'est devenue pas naturelle.

Ce sont mes premières constatations, d'autres vont suivre à force que mon corps va se réadapter à tout ça.

Chacun réagit différemment à la méthode, si l'on arrive tendu ou pas, etc. Les effets sur le corps, les tensions qui se libèrent, les réactions sont différentes selon la personne. Et le temps que le corps s'habitue à sa nouvelle posture, est propre à chacun.

Pourquoi moi?
Les effets bénéfiques, que je vise avec cette méthode, sont sur mes insomnies, ma concentration, sur mes yeux, et dans ma sclérose en plaques, une meilleure circulation du flux nerveux.

J'ai toujours été prudente quand il était question de me toucher la nuque. Aucun ostéopathe, aucun physio ont réussi à me manipuler la tête. Je me suis documentée, renseignée. C'est la première fois que je laissais quelqu'un faire ça. C'est vrai que j'ai quand même résisté, malgré moi.  Mais je trouve cette méthode moins dangereuse que la manipulation manuelle. Maintenant que c'est fait, j'en suis très contente.

Aujourd'hui,...
Comme d'habitude en pleine forme.
J'ai pris l'habitude de me mettre de la crème sur mes mains pour que la sensation de "rêche" disparaisse. Et bien, ce matin, pas besoin d'en mettre pour sentir un peu de douceur!

Dans 2 semaines, un petit massage pour libérer les éventuelles tensions dû à cette nouvelle mise en place.

Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 07:06

J’ai eu 14 jours de vacances, ensuite reprise du boulot, dans le stress (trop de boulot qui m’attendait et biensûre tout faire pour hier). Mes troubles de la sensibilité aux mains, qui allaient nettement mieux, ont commencé à virer à la douleur. Et ce n’était pas juste l’annulaire et l’auriculaire qui étaient concernés, mais cela me montait jusqu’au coude.

Hier, un petit massage chez ma copine et elle me propose un drainage lymphatique. Elle m’explique le principe du drainage et les effets qu’elle a obtenu sur un accidenté de la route.

J’ai testé ce massage et que m’arrive-t-il quelques heures plus tard ?  Je constate une diminution de la douleur. Et ce matin, mes mains sont presque redevenues comme avant ma poussée. Plus de douleur et l’hypersensibilité n’existe quasi plus. J’ai l’impression de rêver.

Lundi, boulot, et je sais tout le stress que je vais avoir. Alors j’espère que cela n’aura pas d’influence sur mes mains. En tout cas aujourd’hui, je suis super contente de ce petit « miracle ».



Qu’est-ce que le drainage lymphatique ?

Définition sur Passeportsanté

 


Mise en garde

Les troubles du rythme cardiaque, les infarctus, les inflammations aiguës (ne pas faire ce massage lors de poussées), les états infectieux, les troubles circulatoires importants des jambes (phlébites, varices très développées et ulcères variqueux), sont une formelle contre-indication absolue au drainage lymphatique.

Published by Rester-Zen - dans Les médecines douces
commenter cet article