Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le truc en plus: SEP
  • : Je ne me considère pas comme une malade. Mais plutôt, comme une femme dynamique avec un truc en plus, la sclérose en plaques.
  • Contact

Merci de votre visite

Il y a    personne(s) sur ce blog


Vous êtes 
à avoir déjà visité mon blog
 


Pour me contacter

              ICI

Livre d'Or

                    
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 11:57

Tecfidera® est utilisé pour le traitement de l’évolution de la sclérose en plaques (SEP) évoluant par poussées (récurrente/rémittente). D’autres traitements et médicaments sont décrits dans l’Info-SEP «Traiter l’évolution de la SEP».

 

Principe actif

Le principe actif est le diméthylfumarate (Tecfidera®) qui est un dérivé de l’acide fumarique (BG-12) naturellement présent dans notre corps et dans de nombreuses plantes.

 

Indication

Chez l’adulte présentant un diagnostic confirmé de SEP récurente/rémittente.

 

Contre-indications

Insuffisance rénale ou hépatique modérée ou sévère. Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Infection grave active et infections chroniques comme la tuberculose ou l’hépatite B et C. Pathologies graves de l’estomac et de l’appareil digestif, déficit en globules blancs. Le traitement ne doit pas être entamé pendant une grossesse, il est interdit chez les patients de moins de 18 ans.

 

Mode d’action du diméthylfumarate

Tecfidera® active dans les cellules de notre corps la partie du système immunitaire qui agit contre le stress oxydant (toxines cellulaires) et les inflammations. Cela diminue donc les réactions inflammatoires et stimule les défenses immunitaires naturelles du système nerveux central contre l’attaque de ces cellules, typique de la SEP.

 

Effets indésirables

En particulier en début de traitement, les effets indésirables suivants peuvent survenir: flushing (rougeurs cutanées du visage et/ou du corps, chaleur, sensation de chaleur ou de brûlure, irritations), douleurs gastro-intestinales ou crampes accompagnées de troubles tels que diarrhée, nausée et vomissements. L’apparition de protéines (albumine) dans les urines, le déficit de globules blancs dans le sang ou l’augmentation des enzymes hépatiques dans le sang sont d’autres effets indésirables possibles. On ne dispose d’aucune étude relative à l’effet de Tecfidera® sur la qualité du sperme.

 

Mesures de précaution

Tecfidera® peut modifier le nombre de globules blancs ainsi que les valeurs rénales et hépatiques dans le sang. Ces valeurs sont déterminées avant le début du traitement. Ces tests sont régulièrement répétés pendant le traitement par Tecfidera®. La réduction des globules blancs peut augmenter le risque d’infection. En cas d’infection ou de déficit en globules blancs, votre neurologue peut prescrire l’interruption du traitement ou réduire la dose. Certaines vaccinations (vaccins vivants) ainsi qu’un traitement pendant la grossesse ou l’allaitement doivent faire l’objet d’une concertation avec le neurologue. Il ne faut pas commencer le traitement pendant la grossesse.

 

Administration

Pendant les sept premiers jours de traitement, une gélule de Tecfidera® (120 mg) deux fois par jour. A partir du huitième jour de traitement, une gélule de Tecfidera® (240 mg) deux fois par jour. La gélule est ingérée entière avec un peu d’eau au moment du repas. La prise pendant les repas peut atténuer les effets indésirables.

 

Durée du traitement

Il s’agit d’un traitement à long terme, mais vous pouvez l’interrompre à tout moment après en avoir discuté avec votre neurologue.

 

Changement de traitement

L’interféron bêta ou l’acétate de glatiramère ne nécessitent pas de fenêtre thérapeutique. Le passage d’autres traitements de la SEP à Tecfidera® nécessite une fenêtre thérapeutique en fonction du traitement précédent.

 

Conservation

Tecfidera® doit être conservé dans son emballage d’origine à 30 °C maximum.

 

Voyager avec le médicament

Tecfidera® doit être transporté dans la boîte d’origine en bagage à main.

 

Titulaire de l’autorisation de Tecfidera®

Biogen Idec Switzerland SA Zählerweg 6
CH-6300 Zoug

 

Coûts

Tecfidera® est remboursé par la caisse-maladie dans le cadre de l’assurance de base. Le neurologue transmet au préalable une demande de garantie de prise en charge à la Fédération suisse pour tâches communes des assureurs-maladie (SVK) ou directement à la caisse-maladie. Le neurologue vérifie chaque année si la prolongation du traitement est indiquée.

 

 

Retrouver le document INFO-SEP et plus: ICI 

 

Source: Société Suisse de la sclérose en plaques

 

Avec autoristion de diffusion de lams_logo.gif

 

16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 11:30

Voici un article qui fait le point sur les traitements actuelles pour les SEP rémittentes-rémissions et progressives.

 

Source: ParisMatch, le 16.07.2014

lien

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 05:00

Voici, avec un peu de retard , une petite vidéo sur le PEN.

 

 

- Sortir le matériel nécessaire.

(Sortir le traitement du frigo minimum 1heure avant, le pansement, la lingette alcoolisée 70°.

Astuce: je sors la seringue plus tôt, ex. le matin pour le soir. )

- Bien se laver les mains avec du savon. (min. 30 secondes) (En voyage, un désinfectant pour les mains est bien pratique)

- Préparer le « PEN ».

- Définir la zone d’injection. (Point précis calculé avec les mains selon une méthode bien particulière ou avec le cache)

- Repérer où piquer.

- Désinfecter la zone. (Important)

- Installer correctement le PEN. (on doit voir le petit rond)

- Presser le PEN sur la cuisse. (Un repère y est inscrit pour voir s'il est en bonne position)

- Appuyer sur le déclencheur, avec une bonne respiration.

- Le liquide s'injecte tout seul en 8 secondes.

- Retirer le PEN.

- Mettre le pansement.

- Mettre la seringue dans la boîte des seringues usagées. (à remettre à la pharmacie une fois pleine) Où mettre le couvercle bleu. Il est prévu d'être jeté dans une poubelle (pratique en voyage). 

(Perso: je préfère le mettre dans la boîte pour la pharmacie)

- Inscrire l’injection dans le carnet de traitement. 

 

Je vous présente ici, une vidéo qui montre
"une injection avec un AvonexPEN"

"Si vous pensez être sensible à la vision d'une piqûre, peut-être abstenez-vous de regarder cette vidéo." 

Cette vidéo revêt un caractère informatif.
.
.
Article déjà paru:
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:30

Le solu-medrol est le seul médicament a être utilisé en cas de poussée de SEP. Il a l'avantage de réduire la poussée, de soulager. Mais il a aussi des inconvénients à court et à long terme.

 

solu564541465

Cliquez sur l'image pour accéder au document

30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 11:27

Les médicaments sous surveillance, une liste complète éditée par l'affsaps.

Le Tysabri en fait parti.

 

Source: affsaps

  lien

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:11

Premier traitement modificateur de l’évolution de la SP oral approuvé au Canada (GilenyaMC)

Communication médicale
Le 10 mars 2011

 

Résumé


Le 9 mars 2011, Santé Canada a approuvé le GilenyaMC (fingolimod) en capsule pour le traitement de la forme cyclique (poussées-rémissions) de sclérose en plaques (SP). Il s’agit du premier traitement modificateur de l’évolution de la maladie oral mis au point pour le traitement de la SP.

Le Gilenya a été approuvé pour les personnes qui ont fait l’essai d’au moins un autre médicament pour la SP, mais qui n’ont pas répondu au traitement ou qui ont eu une réaction d’intolérance. Le Gilenya est proposé en monothérapie pour le traitement de la forme cyclique de sclérose en plaques pour réduire la fréquence des poussées et retarder la progression des incapacités physiques. L’approbation de Santé Canada est fondée sur les résultats obtenus lors de deux vastes études cliniques comparatives avec placebo, qui comportaient plus de 1 200 participants chacune.

Le GilenyaMC fait partie d’une nouvelle classe de médicaments, soit les modulateurs des récepteurs de la sphingosine-1-phosphate, dont on croit qu’ils favorisent la rétention de certains globules blancs (lymphocytes) dans les ganglions lymphatiques, ce qui empêcherait ces cellules de traverser la barrière hémato-encéphalique et de pénétrer dans le système nerveux central (SNC). La prévention de la pénétration des lymphocytes dans le SNC contribue à réduire les lésions inflammatoires des neurones.

Détails


Le Gilenya sera offert dans les pharmacies du Canada à compter du 1er avril 2011.

Novartis a indiqué qu’elle demandera immédiatement aux responsables des programmes publics et privés d’assurance-maladie de couvrir le Gilenya. On s’attend à ce que le Gilenya soit couvert par la plupart des régimes d’assurance privés. Dans les prochaines semaines, Novartis soumettra également une demande en ce sens au Programme commun d’évaluation des médicaments (PCEM) et au Conseil du médicament (Québec). Le PCEM a pour responsabilité de procéder à l’analyse coût-efficacité des médicaments et de faire des recommandations quant à la couverture des médicaments par les programmes publics d’assurance-médicaments. L’information donnée par le PCEM guide par la suite les décisions des instances provinciales responsables des programmes d’assurance-médicaments. Selon les provinces, il peut s’écouler de 8 à 24 mois entre la demande initiale et les recommandations finales. Soulignons que le Québec procède à ses propres analyses, indépendamment du PCEM.

Bienfaits et risques potentiels


Le Gilenya a un profil d’innocuité et de tolérabilité bien documenté. Il a été mis à l’essai auprès de plus de 4 000 personnes atteintes de SP dans le monde. Certaines d’entre elles en sont à leur septième année de traitement par ce médicament.

L’approbation du Gilenya par Santé Canada est basée sur les résultats de deux vastes études de phase III qui étaient toutes deux comparatives et à double insu, ce qui signifie que ni les patients ni les médecins ne savaient qui recevait le Gilenya et qui recevait un autre produit. La première étude (FREEDOMS), d’une durée de deux ans, a permis de comparer les effets du Gilenya à ceux d’un placebo auprès de 1 272 personnes présentant une forme cyclique (poussées-rémissions) de SP (New England Journal of Medicine, January 20, 2010). Le traitement de deux ans par Gilenya a réduit de manière significative le nombre de poussées de SP (principal critère d’évaluation de l’étude) et de freiner la progression des incapacités (critère d’évaluation secondaire), comparativement au placebo (substance inactive). En effet, le Gilenya a contribué à abaisser le taux de poussées de 54 %, et le risque de progression des incapacités, de 30 %, comparé au placebo. Il a également diminué le nombre des lésions cérébrales et l’atrophie du cerveau, selon les données de l’IRM.

La deuxième étude (TRANSFORMS), d’une durée de un an, réunissait 1 292 personnes présentant une forme cyclique (poussées-rémissions) de SP. Elle avait pour but de comparer le Gilenya à l’Avonex® (interféron bêta-1a). Les résultats ont montré que le Gilenya (administré à la dose de 0,5 mg) abaissait le nombre de poussées de 52 % comparativement à l’Avonex. Ce médicament a également ralenti l’activité de la maladie, mesurée selon le nombre de nouvelles lésions et de lésions nouvellement agrandies en T2, mises en évidence par l’IRM, comparé à Avonex (1,2 et 2,6 respectivement, à un an), et il a freiné l’activité des lésions cérébrales, selon les résultats de l’IRM.

Même si les bienfaits du traitement ont été démontrés, les risques que comporte ce médicament sont plus élevés que ceux des interférons bêta ou de l’acétate de glatiramère. La Société de la SP surveillera donc de près toute diffusion d’information sur le profil d’innocuité et d’efficacité du Gilenya et fera les mises à jour nécessaires.

Deux doses de Gilenya (soit 0,5 mg et 1,25 mg) étaient à l’essai au cours de ces deux études, lesquelles ont permis de déterminer que la dose la plus faible (soit 0,5 mg) était la mieux tolérée et qu’elle était tout aussi efficace que la dose la plus élevée. C’est pourquoi seule la dose la plus faible (0,5 mg), dont l’innocuité est plus grande, a été approuvée pour le traitement de la SP.

Au cours de ces études, un petit nombre de participants ont présenté une réduction transitoire du rythme cardiaque et un blocage partiel de la conduction cardiaque (bloc auriculoventriculaire du second degré) après l’administration de la première dose. Ces réactions ont toutefois disparu spontanément après plusieurs heures. Durant le deuxième mois de traitement, une légère augmentation de la pression artérielle a été observée chez certains participants. Les auteurs des deux études ont également rapporté un œdème maculaire (œdème du centre de la rétine) chez certains sujets, plus particulièrement parmi ceux traités par la dose la plus élevée de Gilenya. Aussi, les cas de cancer de la peau ont été plus fréquents parmi les sujets traités par Gilenya au cours de l’étude TRANSFORMS, qui s’est échelonnée sur une période de un an, ce qui n’a toutefois pas été le cas pour l’étude FREEDOMS, dont la durée était de deux ans. Le taux global de formations malignes s’est avéré plus élevé parmi les sujets ayant reçu un placebo dans le cadre de l’étude FREEDOMS.

Par ailleurs, un grand nombre de participants traités par Gilenya ont présenté une élévation asymptomatique des taux d’enzymes hépatiques. À l’issue des deux études, les chercheurs ont également rapporté quelques cas d’infection herpétique telle le zona. Deux cas se sont révélés mortels dans le groupe traité par la dose la plus élevée de Gilenya (non approuvée) au cours de l’étude TRANSFORMS.

L’innocuité du Gilenya durant la grossesse n’a pas été démontrée, mais ce médicament pourrait être à l’origine d’anomalies congénitales.

À ce jour, on ne connaît pas encore le degré d’innocuité à long terme du Gilenya. Des essais cliniques de phase III sont toujours en cours, dont un comportant des personnes atteintes de SP progressive primaire. Des études prolongées se poursuivent également et regroupent les participants ayant déjà terminé les essais.

La Société canadienne de la SP suivra de près ces études ainsi que toutes celles qui seront menées à la suite de l’homologation du Gilenya afin d’obtenir l’information pertinente sur l’efficacité et l’innocuité à long terme de ce médicament oral.

Société canadienne de la SP

Avec autorisation de diffusion de lafr_logoleft.gif


4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 07:00

L'entreprise pharmaceutique Novartis a obtenu l'homologation suisse de Swissmedic pour son médicament Gilenya®. Il s’agit du premier traitement oral pour la sclérose en plaques récurrente-rémittente.

Le fingolimod ou FTY720 (nom commercial: Gilenya®), produit de l’entreprise pharmaceutique suisse Novartis, a été homologué en janvier 2011 par Swissmedic en tant que premier médicament administré par voie orale pour le traitement de la sclérose en plaques récurrente-rémittente. Gilenya® (fingolimod) est pris une fois par jour sous forme de capsules.3

L’admission de ce médicament par les caisses-maladie, c’est à dire par l’assurance de base, est actuellement examinée par les autorités.

Comme nous vous l’avions déjà rapporté, le fingolimod (Gilenya®) a permis de réduire de plus de 50% la fréquence des poussées par rapport à un traitement par injection d’interféron (interféron bêta-1a injecté par voie intramusculaire) dans le cadre d’une étude contrôlée d’une durée d’un an.

Lors d’une étude de deux ans, le fingolimod a non seulement fait également baisser la fréquence des poussées d’environ 50%, mais a aussi réduit de 30% et 37% la progression du handicap par rapport à un placebo (baisse confirmée par le score EDSS [Expanded Disability Status Scale] au bout de 3 mois et de 6 mois).

Par comparaison avec l’interféron bêta-1a (administré par voie intramusculaire) et un placebo, le fingolimod a par ailleurs permis de réduire significativement les lésions inflammatoires actives et nouvelles.1,2


Références
1 Cohen JA et al. Oral Fingolimod or Intramuscular Interferon for Relapsing Multiple Sclerosis. N Engl J of Med. 2010;362: 402–415.
2 Kappos L et al. A Placebo-Controlled Trial of Oral Fingolimod in Relapsing Multiple Sclerosis. N Engl J of Med. 2010;362: 387–401.
3 Arzneimittel-Kompendium der Schweiz (www.documed.ch).


Source: Société Suisse de la sclérose en plaques

 

Avec autoristion de diffusion de lams_logo.gif

 

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 12:40

logo_tsrinfo.pngCliquer sur l'image pour accéder à l'émission

 

 

Hier, en lisant le journal, je vois un article sur les anti-inflammatoires et voici l'annonce des risques au téléjournal, sur la TSR, le soir même.

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 08:55

Au Canada, des compresses antiseptiques qui sont présentent dans les emballages de Copaxone ne doivent pas être utilisées.

 

Il faut désinfecter avant de se faire la piqûre mais avec un autre produit.

 


Source: le 12.01.11, Marketwire

lien

22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 13:35

La Haute Autorité de Santé a revu à la baisse le prix des traitements de fonds de la SEP.

 

Pour écouter l'information, cliquez sur l'image

 

écouteur

 

 

Document HAS

Réévaluation des interférons β et de l’acétate de glatiramère dans la sclérose en plaques